Customer Login

Lost password?

View your shopping cart

Blog

Salon du Livre 2011: bilan et galerie photo!

Ça y est, c’est fini : le Salon du Livre a fermé ses portes lundi soir. Les gaules ont été pliées, les bouteilles rebouchées, les marque-pages  publicitaires jetés à la poubelle avec les tracts, les autocollants et autres prospectus distribués à la pelle, et les lecteurs d’ebooks ont été mis en veille… jusqu’au lendemain matin.

Il s’agissait de la première participation au Salon du Livre pour l’équipe de Walrus en tant que telle, et nous avons pour l’occasion été gentiment hébergés par la Mairie de Paris sur l’espace qu’elle réservait à la promotion du  futur Labo de l’Edition. Une opportunité réelle pour discuter avec le public et les pros des implications futures de l’édition numérique, et d’un lieu prometteur comme le Labo… et une chance pour Walrus de faire la démonstration de ses livres enrichis multimédia devant une large audience, notamment de son roman Je Suis Rage avec sa couverture vidéo et ses nombreux bonus.

Le Morse a eu la chance de rencontrer beaucoup de monde durant ces quatre jours, des gens intéressés, des gens intéressants, bref, du beau monde comme on l’aime chez Walrus. Nous avons pu discuter avec des acteurs majeurs de l’édition et du contenu en ligne comme avec des spécialistes de l’édition numérique, mais aussi avec des blogueurs spécialisés et de jeunes entrepreneurs au moins aussi motivés que nous. Bien entendu, on ne peut jamais empêcher les filous de tous poils et les espions internationaux de rôder, car c’est le lot de tout salon… mais dans l’ensemble, ce fut un excellent cru !

Car ce que nous retiendrons du Salon du Livre 2011, ce sont les rencontres. Il y a ceux avec qui on partage la bonne blague et le verre de soda, ceux avec qui on twitte, ceux à qui on présente les démos et dont on fait briller les prunelles… Un remerciement tout particulier aux deux blogueurs de SoBookOnline et eBouquin (deux blogs spécialistes des pratiques numériques en ce qui concerne le livre et l’édition) dont les tweets ont été salutaires en matière d’humour lors des conférences, et les lumières précieuses lorsqu’il s’agissait de repositionner les évènements dans leur contexte.  Deux belles rencontres qui nous ont positivement ravis.

Mais ce fut aussi l’occasion de taper le bout de gras avec les collègues, de NumérikLivres à Morey Editions en passant par leBookLab et idBoox, tous réunis dans un même esprit de discussion paisible et dénuée de conflit.

Mais ce n’est pas tout : durant le Salon, vous avez certainement pu apercevoir notre mascotte, prénommée Le Morse à défaut de lui avoir trouvé un nom potable, se promener dans les allées, seul ou accompagné. Le Morse a fait sa vie, mais il s’est surtout fait des amis.  Voilà, en bonus, son Salon à lui.

[nggallery id=1]

Crédits photo: Valeska Simon

A l’heure où ce marché est émergent et ne représente qu’une infime part de l’édition, à l’heure où nous essayons justement de le tirer vers le haut et de civiliser ce Far West, il fut donc agréable de discuter avec des gens ouverts à la discussion, à la cordialité et au partage. L’occasion aussi de remarquer, au gré de nos balades dans les allées de la section numérique, que beaucoup d’entreprises ont choisi la voie du développement logiciel, au détriment d’une ligne éditoriale ou tout simplement de la création d’un contenu original. Mais une question s’est imposée à nous en voyant cette étalage de solutions logicielles aux éditeurs : qui va s’occuper du contenu ? Les maisons traditionnelles  seulement, maintenant équipées de logiciels achetés pour une misère et dont les développeurs devront peut-être trouver à se recycler rapidement ? Nous parions que les indépendants comme Walrus trouveront leur place dans ce joli bazar qui se dessine déjà. Nous avons trop souvent eu l’impression que l’édition numérique ne tournait qu’autour d’une bagarre technique et logistique, alors que l’essentiel du débat devrait porter sur ce que nous aimons tous : les livres ! Et a fortiori ceux que nous aurions envie de lire ! Il faut se retrousser les manches et aller sur le contenu, tout de suite, avant que les acteurs traditionnels ne verrouillent encore une fois le marché. Une opportunité à ne pas louper, et c’est maintenant qu’il faut faire preuve d’originalité ! Pas seulement de compétences techniques. Beaucoup (trop ?) de livres-application, aussi, qui nous ont trouvé souvent donnés l’impression de vouloir agiter la baballe devant les yeux d’un chat : ce n’est pas parce qu’on met une animation (certes très jolie) autour d’un texte que le texte devient plus intéressant… attention donc, jeunes gens !

Un grand merci également aux équipes de la Mairie présentes sur le Salon, Nadine Thomas et Margaret Babara Touré en tête qui, par leur gaieté, leur humour et leur enthousiasme,  nous ont aidés (et poussés) à donner le meilleur du Morse au public. Merci aussi aux autres personnes des différents services de la Mairie et du Labo qui sont passées nous voir, nous encourager ou découvrir nos travaux, et avec qui nous avons partagés quelques phrases amicales, un verre… et que nous espérons revoir bientôt. 🙂

Commentaires

comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *