Customer Login

Lost password?

View your shopping cart

imaginaire

« LÉGENDES RUSTIQUES », nouveau venu dans la collection CLASSIQUES DE L’IMAGINAIRE

Et le Morse de continuer son tour d’horizon des Classiques de l’Imaginaire, collection qui a vocation à s’étoffer tant le choix parait vaste et les textes méconnus ou sous-exploités sont légion.

Cette semaine, nous avons choisi de remettre au goût du jour un recueil de textes méconnus d’une grande auteure française, Aurore Dupin alias George SAND. « Légendes Rustiques » est un assemblage de légendes à mi-chemin entre l’histoire contée et le traité d’ethnologie. En racontant les histoires séculaires de sa chère province du Berry, George Sand tient à montrer que les histoires de fantômes vengeurs, de moines meurtriers, d’esprits facétieux et autres diables voleurs sont un patrimoine de l’humanité à sauvegarder, car voué à une possible et proche extinction. Message ô combien toujours d’actualité, dans un monde où l’américanisation des esprits a tendance à fusionner les imaginaires collectifs des peuples, autrefois foisonnants, aujourd’hui homogénéisés.

On découvre dans ce texte, outre les magnifiques illustrations du fils de George, Maurice, reproduites ici dans leur intégralité, un univers fantasque et poignant, aux personnages liés par le secret d’un pacte ou par une faute qu’ils croient pouvoir emporter dans la tombe… mais toujours, l’outre-monde se manifeste et vient récupérer ce que le monde des hommes n’ose pas réclamer.

Également, et pour la première fois en numérique, quatre textes supplémentaires aussi appelées « Légendes Annexes », impossible à trouver sur Internet mais qui complètent l’édition originale. Faute réparée, désormais, par le Morse.

À ajouter que ce texte, dont les légendes prennent place à l’endroit où est né votre serviteur, a été pour moi un véritable choc esthétique. Une vraie claque de littérature, même si de George Sand l’on retient plus facilement la Petite Fadette ou la Mare au Diable.

Mais plus important encore: jamais plus je n’ai pu me promener au clair de lune sans frissonner, sans penser aux fantômes des Trois Moines, aux loups-garous que l’on appelle là-bas Lubins ou Lupins, aux Pierres-Sottes ou au follet d’Ep-Nell… Et je fais le pari qu’après cette lecture, vous ne regarderez plus la campagne de la même manière.

Les « Légendes Rustiques » de George Sand, dans la collection des « Classiques de l’Imaginaire », sont disponibles sur tous les plateformes de téléchargement au prix de 0,99€.

Retrouvez le livre sur

Immatériel / Apple iBookstore / Amazon / Kobo / Fnac / etc

« MELMOTH » de C.R. MATURIN (Les Classiques de l’Imaginaire)

Si certains livres ne font que passer, d’autres demeurent gravés dans les mémoires. Il n’y en a pas beaucoup, quelques dizaines à peine, qui au-delà du simple divertissement ou de la mode d’une époque, trouvent leur chemin jusqu’au panthéon de la littérature mondiale. Ces livres sont rares. Ils racontent des histoires si profondes, si puissantes, si violemment humaines,  qu’ils changent à jamais l’esprit des lecteurs qui osent s’en approcher, qui osent s’y brûler les doigts.

« Melmoth » fait partie de ces livres brûlants. Presque deux siècles après sa publication, l’ouvrage a conservé toute sa vigueur, toute sa rage, toute sa mélancolie, et a maintenu constant son immense pouvoir d’évocation. Bien des auteurs plus connus aujourd’hui voient en ce livre une véritable Bible… encore mieux, un point zéro de leur mythologie littéraire personnelle. Le Comte de Lautréamont vouait un culte quasi mystique à ce livre, écrit par Charles Robert Maturin (1782-1824), un pasteur et vicaire irlandais hanté par les ombres de l’enfer malgré son sacerdoce.

De fait, le Maldoror de Lautréamont ressemble étrangement au Melmoth de Maturin. Mais la liste des admirateurs est loin d’être terminée. Victor Hugo écrivit l’Homme qui Rit comme un hommage déguisé à Melmoth. Honoré de Balzac, avec son Melmoth Réconcilié, offrit même une suite à l’ouvrage de Maturin. Antonin Artaud, André Breton, Oscar Wilde, Lovecraft et Baudelaire ne cachaient pas toute l’estime qu’ils avaient pour cet ouvrage sulfureux et cauchemardesque. Et la liste s’allonge chaque jour. D’autres lecteurs tombent dans la toile du ténébreux Melmoth, l’Homme Errant, comme autant de mouches innocentes dans une toile aux fils tendus et empoisonnés.

« Melmoth » est un roman labyrinthique, un sommet de génie impossible à résumer. Son héros, sombre comme l’enfer, maudit par l’Éternel pour des crimes que l’on devine atroces, traverse les pays et les époques comme un fantôme cruel. Ce démon humain a vendu son âme au Diable en échange d’une existence prolongée. Sur son chemin se nouent des destins, se figent les espérances, explosent les drames. Car l’Ennemi de l’Homme a voué sa vie au Mal, et tentera par tous les moyens de faire courir l’Humanité à sa perte… de la vicier, de s’en venger. Des prisons de la Sainte Inquisition en Espagne en passant par les landes désertiques d’une Irlande fantomatique et les Îles du Pacifique, ceux qui ont croisé son chemin maudissent invariablement le jour où ils sont nés.

Ce sont donc ces chemins tortueux et maudits que nous vous proposons d’emprunter aujourd’hui, à travers le lancement de cette collection consacrée aux grands classiques de l’imaginaire. Vous connaissez l’attachement de Walrus à la qualité de ses publications: ce livre vous est proposé dans une mise en page soignée et élégante, qui ajoutera sans aucun doute à votre plaisir de lecture, au prix de 0,99€.

Autant vous prévenir: vous n’en sortirez pas indemnes: il y a de fortes chances pour que cette histoire vous hante longtemps après avoir refermé ses pages. À votre tour, vous le conseillerez à votre entourage, à vos amis… et le cauchemar s’étendra, encore et encore…

Télécharger via Immatériel / iBookstore / Amazon / Kobo