OPMORSE, semaine 4 : nos meilleurs romans à 0,99€

Cette semaine, Walrus vous propose de replonger dans le catalogue de ses romans éclectiques et réjouissants, avec une sélection des meilleurs titres à 0,99€.

Note : nos livres numériques sont disponibles dans toutes les librairies numériques (Amazon, Apple, Kobo, Google, Epagine, etc) et vous pouvez y bénéficier des promotions de la même manière. Pour différentes raisons, tous les liens ici mènent à notre librairie partenaire 7switch, qui présente le double avantage de vendre nos livres sans DRM et de nous rémunérer davantage : tout le monde est gagnant.

 

LA VOIX BRISÉE DE MADHARVA | Mathieu Rivero

Les courses, les missions, les jobs “borderline”, David de Vries connait ça par coeur : quand Caro lui propose un plan bien rémunéré, il n’hésite pas une seconde. Peut-être aurait-il dû? Au siège d’une méga-corpo, il fait la connaissance de Madharva, une jeune femme cyborg propulsée au firmament des pop-stars par son agent Ari Weiss. Passée à tabac à la sortie d’un concert, son corps synthétique a été disloqué et elle attend du privé qu’il retrouve les auteurs de ce forfait et qu’il le leur fasse payer. Cher. C’est une véritable plongée en eaux troubles qui attend David, qui devra pénétrer les quartiers les moins fréquentables de la cité, combattre en pleine rue comme dans le cyberespace et déjouer les sombres machinations des fanatiques, des politiciens et des businessmen… ne serait-ce que pour rester en vie!

Mathieu Rivero nous entraîne dans un monde cyberpunk sous la férule de sociétés multinationales, où robots et êtes de chair ne sont plus séparés que par une frontière existentielle. Aussi quand les conservateurs s’interrogent sur ce qui fait de nous des hommes et qu’une chanteuse cyborg prend la défense des augmentés, il y a de quoi mettre le feu au poudre. Un roman haletant au suspense impitoyable, où l’on retrouve les thèmes chers à Philip K. Dick et Isaac Asimov.

LA CHASSEUSE DE LIVRES | Alex Evans

Cassandra est une étudiante un peu particulière : héritière de l’antique famille royale des Galata, la jeune princesse prépare une thèse de Magie à l’université. Passant en revue les grimoires les plus vénérables et les plus prestigieux, l’académicienne mène une vie rangée et, pour tout dire, un peu ennuyeuse : elle rêve par-dessus tout d’aller sur le terrain et de devenir enfin Chasseuse de livres. Car la Magie a beau avoir déserté le pays depuis quatre siècles, certains nostalgiques des arts occultes semblent convaincus que l’énergie mystique est sur le point de reparaître. Mais les évènements prennent une tournure inattendue le jour où la jeune érudite reçoit une invitation pour une soirée à la Fondation des Sciences Occultes. La vénérable Tamora Caton a en effet une mission à lui confier : retrouver le mythique « L’Appel des Anciens », plus qu’un livre, une légende des arts magiques et une source de pouvoirs terribles pour celui qui mettra la main dessus. L’occasion est trop belle. Mais l’étudiante n’imagine pas encore que son chemin sera parsemé d’embuches et dépassera de loin sa simple curiosité scientifique. Dans l’ombre, les convoitises s’aiguisent.

Dans un monde mêlant légendes bibliophiles et steampunk assumé, Alex Evans nous offre une novella riche en rebondissements, en personnages passionnés et en atmosphères dépaysantes, et ouvre une porte sur un univers bouillonnant où magie et ambition ne font pas toujours bon ménage.

LA MACHINE DE LÉANDRE | Alex Evans

Constance Agdal est une excentrique professeure de sciences magiques qui n’aspire qu’à une chose : se consacrer entièrement à ses recherches pour oublier le passé qui la hante. Mais quand des démons se matérialisent au beau milieu de la ville, qu’un incube envahissant se prend d’affection pour elle et que son nouvel assistant agit de façon particulièrement étrange, Constance doit sortir de sa réserve… d’autant que son collègue, l’éminent Professeur Dowell, a disparu alors qu’il tentait de recréer une fabuleuse machine à magie d’après des plans vieux de plusieurs siècles. La jeune femme le remplace au pied levé en collaborant avec Philidor Magnus, un inventeur aussi séduisant qu’énigmatique, mais rien ne se passe comme prévu. Quel terrible secret se cache sous le capot de cuivre de la fameuse machine ?

Alex Evans, l’auteure de « La Chasseuse de Livres », nous entraîne à nouveau dans les cités et les laboratoires de son univers fantasmatique où la magie — autrefois prédominante — s’est dissipée jusqu’à disparaître. Mâtiné d’une touche de steampunk, de romance et de fantasy urbaine, « La Machine de Léandre » dépeint un monde riche de détails, une intrigue rocambolesque et des personnages toujours aussi attachants.

LES MARCHEURS DE BRUME | Sophie Fischer

Le Nibel a recouvert le monde. Caprice de la Nature ou punition divine, nul ne le sait, mais cette brume maléfique regorge d’autant de mystères que de dangers. Contraints de se réfugier dans les montagnes pour lui échapper, les hommes ne peuvent voyager de ville en ville que lorsque le fléau retombe dans les vallées, au gré de marées hasardeuses dont seuls les guides connaissent les secrets. En soeur aînée responsable, Rikke a décidé de mener son frère Ulrich, atteint de cécité, jusqu’à la cité de Gilburg. Là-bas, parait-il, se trouveraient des médecins capables de lui rendre la vue. Sous la houlette de leur guide, Answald Friedhart, leur périple se révèlera une aventure aux multiples rencontres… pas toujours bienveillantes.

Avec une force d’évocation saisissante, une maîtrise impressionnante de son univers et une galerie de personnages tous plus réussis les uns que les autres, Sophie Fischer réalise la prouesse d’offrir à ses lecteurs un roman d’une grande originalité et d’une poésie troublante : ses « Marcheurs de Brume » hanteront longtemps les mémoires de ceux qui les accompagnent. Un véritable coup de coeur !

LE CORTEGE DES FOUS | Jacques Fuentealba

Contraints de partager le sort du commun des mortels et de dissimuler leur puissance passée dans l’anonymat des foules, d’anciens dieux déchus parcourent le monde dans le plus grand secret. Si le souvenir d’une splendeur révolue est pour certains difficile à oublier, d’autres se contentent de leur nouvelle existence sur Terre et embrassent des carrières souvent en rapport avec leur ancienne affectation, tel le Juge des Morts. D’autres, encore, cachent leur identité sous le chapiteau d’un cirque inquiétant. Ces divinités sont des souvenirs d’une autre époque, qui traînent leur solitude et leur mélancolie aux quatre coins du monde, de la Grèce éternelle à Paris et Prague en passant par la Cité des Anges. Partout où les Dieux passent, ils laissent leur empreinte dans la mémoire des Hommes.

Un roman tentaculaire, onirique et mélancolique dans la lignée d’American Gods de Neil Gaiman, où Jacques Fuentealba — auteur d’Émile Delcroix et l’ombre sur Paris, de la série Jason et Robur et du Syndrome de la page noire, déploie toute l’étendue de son talent en entraînant le lecteur dans une tornade de lieux et d’époques, au service d’une galerie de personnages inoubliables. Le livre a été nominé au Prix des Imaginales en 2012, pour la nouvelle « Être de taille ».

ÉMILE DELCROIX ET L’OMBRE SUR PARIS | Jacques Fuentealba

1863, dans un Paris peuplé de créatures fantastiques et de machines extraordinaires.

Émile Delcroix est un jeune étudiant aux Beaux-Arsestranges animé de deux passions, l’une Artistique, l’autre personnelle. D’un côté il tente depuis des mois d’extirper du papier sa Muse, quintessence de son Talent et de son Inspiration. De l’autre il y a Floriane, cette splendide Actrice aux cheveux émeraude dont il est épris. Mais les choses changent le jour où Émile se fait voler sa Muse nouvellement née par un sombre et mystérieux personnage.

Des catacombes à la Cour Chthonienne, des passages secrets de la Sorbonne aux toits de la capitale, le jeune Artiste n’aura de cesse de la retrouver. Mais pendant ce temps, une ombre s’étend sur Paris : une sourde menace approche…

JE SUIS RAGE | Neil Jomunsi

Hermann Heliophas a un problème: il déteste tout et tout le monde. Pour tout dire, il aurait même aimé ne jamais naître sur cette Terre. Le profond dégoût que lui inspire l’humanité a fait de lui un être asocial, méprisant et hautain, qui ose à peine sortir. Mais les sentiments les plus noirs peuvent s’avérer dangereux. Hermann remarque qu’une bosse lui pousse sur le haut du crâne. Cette bizarre excroissance, ne cessant pas de grossir, finit par devenir gênante, puis carrément inquiétante. Persuadé d’être atteint d’une tumeur fatale, il redouble de haine et de colère… jusqu’au jour où sa bosse explose, libérant une créature maléfique et sanguinaire qui sème la panique dans toute la ville. Hermann comprend alors que sa Rage s’est échappée. Dorénavant libéré de ses propres démons, Hermann se lance à la poursuite de sa création. C’est alors que commence son voyage dans un Paris sombre et fantastique, aux souterrains hantés par d’étranges confréries, aux monstres de cauchemar et aux apparitions fantomatiques, peuplé de personnages fous et surprenants dignes du Pays des Merveilles. Mais le pire des dangers demeure tapi dans l’ombre, et attend encore son heure… Roman décalé, sombre et fantastique qui puise aussi bien son inspiration chez Ray Bradbury, H.P. Lovecraft, Lewis Carroll ou Lautréamont, «Je Suis Rage» mêle l’épique au merveilleux et entraîne le lecteur dans un tourbillon de nuées noires et rageuses.

MON DONJON MON DRAGON | Lilian Peschet

Bram est le modèle même du geek parfait : une carrière professionnelle vouée au développement de sites web pour clients pénibles, une vie sociale principalement consacrée aux jeux de rôles, aux jeux vidéo et à la lecture de romans de science-fiction ou de fantasy, et une vie sexuelle… proche du néant. Pourtant, un grain de sable va venir perturber cette mécanique bien huilée. Ce grain de sable s’appelle Aurore, une jeune fille apparemment bien sous tout rapport et qui débarque en tant que stagiaire dans l’entreprise de Bram. Aurore va bouleverser sa vie… mais pas forcément dans la direction souhaitée.

Mon Donjon Mon Dragon est plus qu’un roman : c’est un manifeste du nerd, une véritable exploration sociologique de l’étrange univers dans lequel évoluent les geeks, et une déclaration d’humour noir et grinçant. Les geeks ont donné au monde ses plus beaux cerveaux, et leurs rangs grossissent chaque jour : Mon Donjon Mon Dragon nous incite à considérer de plus près ceux que – par cruauté ou simplement par bêtise – le monde a longtemps appelés losers.

SPIRIT OF 76 | Jiminy Panoz

Lorsque T-Rex, vieux mafieux briscard, vient chercher son nouveau partenaire à bord de sa vieille voiture de sport, il ne s’imagine pas que la journée lui réserve des surprises assez désagréables. A commencer par cette étrange valise dont il émane une odeur répugnante, et qu’il va bien falloir livrer. Avec ses flingues, sa course de stock-cars, sa très bonne musique, ses voitures vintage, son black titanesque et complètement barré en manque de hash, son Magnum doré, sa poésie, son distributeur de savon Elvis et ses personnages qui n’auraient rien à envier à Tarantino, Spirit of 76 est un livre qui sent les pneus cramés, l’asphalte brûlante et la poudre noire. Un roman à trois cents à l’heure, où Jiminy Panoz déploie toute la palette de son talent. Déjà culte.

Fondateur des éditions Walrus, éditeur quand il peut entre deux biberons. Dit parfois des bêtises, mais toujours pour la bonne cause. Amateur de littératures décalées et hors normes ; les sentiers battus n’existent que pour être évités.

Commentaires

comments

Laissez un commentaire